Au cours du XXe siècle, la Lettonie a traversé de nombreuses périodes troubles et d’épreuves : une révolution, deux guerres mondiales, des combats pour la liberté, plusieurs occupations, des déportations, des réfugiés et un grand exode. Cependant, ce fut aussi le siècle de la création de l'État letton. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la nation lettonne a pris conscience qu’elle jouissait du droit à l'autodétermination avant de devenir souveraine sur le territoire qui, depuis des temps anciens, avait été habité par les Lettons.

Bâtir un pays en période d’agitations

La République de Lettonie a été proclamée le 18 novembre 1918, par le Conseil populaire de Lettonie en réunissant les représentants de la plupart des régions traditionnelles du pays et déclaré l'indépendance au Théâtre National de la Lettonie, à Riga.

À l'époque, le territoire de la Lettonie était envahi par l'armée de l'Empire allemand. Mais la défaite militaire et la révolution ont fragilisé l’Empire. Par conséquent, l'armée allemande, présente sur le territoire letton, a accepté sous la pression des Alliés de travailler main dans la main avec l'armée du Gouvernement provisoire de la Lettonie pour combattre les bolcheviks, qui ont envahi le pays en décembre 1918.

Guerre d'indépendance de la Lettonie

Les Lettons se sont battus avec le reste de l'armée allemande jusqu'à ce que les Allemands organisent un coup d'État et se retournent contre les Lettons en avril 1919. Ils souhaitaient que la Lettonie devienne un duché soumis à l'Allemagne, mais l'armée lettonne a vaincu les forces allemandes à Cēsis en juin 1919.

Pourtant, une autre tentative de nuire à l'indépendance de la Lettonie a également eu lieu à la fin de 1919. D'anciens soldats de l'Empire allemand et de l'Empire russe dirigés par le colonel Bermondt se sont battus contre les soldats du Gouvernement provisoire de la Lettonie, alors en infériorité numérique. Le désir d’indépendance letton a permis de vaincre ceux qui voulaient ressusciter les empires. L’armée lettonne a remporté la victoire le 11 novembre 1919. L'armée de Bermondt a été chassée de Lettonie, à la fin de l'année.

Alors que la Lettonie a dû faire face à une invasion bolchevique et à un coup d'État. La Lettonie est sortie victorieuse en 1920 et le traité de paix entre la Lettonie et la Russie a été signé le 11 août 1920, qui symbolise la fin de la Guerre d'indépendance. Grâce à ce traité, la Russie soviétique a renoncé à toute prétention sur la Lettonie « pour l'éternité ».

Bâtir les fondations d’un État

Malgré la guerre, des mesures pour renforcer l'État, nouvellement créé, ont été prises. L'administration nationale et le système judiciaire, la police, l'Opéra, le Conservatoire, l’Académie des Arts et l'Université de Lettonie ont été instaurés en 1919.

Pendant ce temps, l'Assemblée constituante a été élue et réunie le 1er mai 1920 pour créer la Constitution de la Lettonie. En outre, l'Assemblée a lancé une réforme agraire historique, la redistribution des terres féodales aux paysans sans terre et aux vétérans de la Guerre d'indépendance.

Le début des années 1920 a été une période de reconstruction de l'économie et d’instauration de la démocratie. Le 26 janvier 1921, le premier ministre des Affaires étrangères de Lettonie Zigfrīds Anna Meierovics a persuadé le Conseil suprême des puissances alliées (Grande-Bretagne, France, Italie, Belgique et Japon) de reconnaître de jure la Lettonie. La Lettonie a alors été acceptée dans la Société des Nations.

Le premier Parlement, ou Saeima, a été élu en octobre 1922. L’éminent avocat Jānis Čakste a été élu comme premier Président de la Lettonie par le Parlement. Lors des quatre premiers mandats parlementaires de 1922 à 1934, les sociaux-démocrates ont toujours obtenu le plus grand nombre de voix ; toutefois, le syndicat des agriculteurs, conservateur, placé au deuxième rang, était généralement le parti qui formait les coalitions gouvernementales. Gustavs Zemgals a été élu Président en 1927 avant d’être suivi par Alberts Kviesis en 1930.

La Lettonie a développé des réseaux de transport régionaux et le commerce international aussi bien avec l'Occident que l'Orient. La force du secteur agricole dans l'économie a permis à la Lettonie de survivre à la Grande Dépression en limitant les pertes. À partir des années 1930, le niveau de bien-être en Lettonie était comparable aux pays développés européens tels que le Danemark et la Finlande. 

Fin de démocratie et souffle de guerre

Kārlis Ulmanis, à l’époque Premier ministre, a organisé un coup d'État pour prendre le pouvoir en mai 1934. L'État était gouverné de manière autoritaire et les libertés, comme la liberté d'expression, étaient limitées. Cependant, ni violence ni exécution sommaire n’ont été commises.

Des accords politiques entre les deux régimes totalitaires en Europe, à savoir l'Allemagne nazie et l'Union soviétique, ont mis fin à l'indépendance de la Lettonie. Selon le pacte Molotov-Ribbentrop du 23 août 1939, l'Union soviétique a revendiqué les États baltes comme sa zone d'intérêt. En raison de l’envahissement de la France par l'Allemagne nazie en mai 1940, l'Union soviétique a envahi la Lettonie en juin de la même année. 

Lectures complémentaires :

Guerre d'indépendance de la Lettonie