Les Dainas (chants traditionnels let­tons) sont de pet­its qua­trains de sag­esse an­cienne let­tonne trad­uits en chanson. Cré­ées il y a bien plus de mill­e ans, les Dainas faisaient partie des cél­é­bra­tions, du travail quotidien, des ré­flex­ions sur la vie, et ont été pré­servées sous forme orale. Des pièces de thé­âtre aux con­ver­sa­tions quo­tidiennes, on retrouve plus de 1,2 mil­lion de réf­ér­ences aux Dainas sous toutes formes, dans toutes les cou­ches cul­turelles. Le rec­ue­il de Dainas connu so­us le nom de « Vitrine à chants » (“The Cab­i­net of Folksongs”) est in­scrit au programme de Mém­oire du monde de l’UN­ESCO.

Histoire des chants traditionnels lettons

Les plus anciennes documentations écrites de chansons traditionnelles lettonnes qui ont survécu sont datées de 1584 et 1632.

Les premiers recueils, compilés par les ecclésiastiques allemands G.Bergmann et F.Wahr, ont été publiés en 1807. Malgré la vague de modernisation du XIXe siècle, les Lettons ont réussi à préserver cette tradition, notamment parce que les Dainas étaient transmises de génération en génération. Le géographe et voyageur allemand J.G. Khol a écrit dans ses mémoires en 1841 : « [..] Chaque Letton naît poète. Ils composent tous des vers et chansons, et ils chantent tous leurs chansons [..] Ils méritent qu’on les appelle la nation des poètes. »

Réunir et publier des chansons populaires est devenu une activité essentielle au cours de la période de réveil national. Krišjānis Barons (1835-1923) est LE Letton qui, à ce jour, peut être reconnu pour avoir répertorié l'anthologie la plus complète des chansons traditionnelles lettonnes. Entre 1895 et 1915, il a publié six volumes et huit livres contenant 217 996 textes de chants folkloriques. Aujourd’hui, la collection atteint près de 1,2 million de textes et plus de 30 000 mélodies différentes. 

Un symbole identitaire

Le rôle central des dainas dans la vie lettonne a longtemps été considéré comme l'un des traits distinctifs de la culture lettonne. Il décrit les trois éléments clés de ce phénomène unique letton : tradition, littérature et symbolisme.

Les Lettons eux-mêmes se qualifient de nation de chanteurs, et la tradition de chants folkloriques constitue le symbole principal utilisé pour l'auto-identification de la nation. L’histoire des Dainas a plus d’un siècle. Elle remonte aux Nouveaux-Lettons (Jaunlatvieši), précurseurs idéologiques du premier réveil national. Les chants traditionnels leur ont permis de démontrer que les Lettons avaient une caractéristique nationale distinctive et commune depuis longtemps.

En tant qu’ancienne présidente de la Lettonie, mais aussi érudite de chants traditionnels, Mme Vaira Vīķe-Freiberga a déclaré :
«Aux yeux des Lettons, les dainas représentent bien plus qu’une tradition littéraire. Elles incarnent l’héritage culturel du pays, laissé par les ancêtres dont l'histoire avait refusé d'autres formes, plus tangibles, d'expression. Ces chants forment ainsi le noyau même de l'identité lettonne, et le chant devient l'une des qualités d'identification d'un letton.»

Lectures complémentaires: